Archives pour la catégorie billet

Lecture numérique ou imprimée ?

Un article du journal Le Devoir attirait récemment mon attention sur une nouvelle étude à propos de la lecture.

Selon cette étude de chercheurs norvégiens et canadiens, lire sur du papier faciliterait davantage la compréhension et la mémorisation des informations que la lecture sur support numérique. En effet, l’expérience sensorielle du livre imprimé permettrait au lecteur d’établir une meilleure « carte mentale du texte », la lecture n’étant donc pas que cérébrale, mais ferait appel à tous les sens.

J’avoue que cela me conforte dans mes préférences. Je ne résiste pourtant pas au numérique qui comporte bien des avantages, particulièrement en voyage ! Mais je persiste à choisir, encore, davantage les documents imprimés.

Cependant, il est clairement établi que la lecture numérique déploie ses ailes, ce qui inquiète parfois le milieu littéraire. Nos petits-enfants connaîtront-ils, comme nous, le plaisir de tenir le livre entre les mains, de le sentir, de tourner réellement et non virtuellement ses pages ?

J’ai eu le bonheur de lire un essai (et oui, c’est parfois un bonheur !) sur la transformation qui s’effectue dans nos cerveaux de consommateurs médiatiques depuis l’avènement d’Internet. Nos habiletés de survol d’un texte et de recherche se sont grandement améliorées, au détriment de la lecture profonde et soutenue d’un texte plus long. Comme toute innovation, ces nouvelles technologies nous amènent du bon et du moins bon. À nous d’en être conscients et d’exercer nos neurones pour conserver ces capacités !

Je vous recommande la lecture de cet essai, en version imprimée, bien sûr :

CARR, Nicolas. Internet rend-il bête ? Éditions Robert Laffont, 2011, 320 pages.

Un algorithme pour prédire le succès d’un livre ?

Une recherche américaine récente sur plus de 800 livres en anglais prétend pouvoir prédire le succès potentiel d’une oeuvre en y appliquant un algorithme particulier. L’analyse tient compte de facteurs comme l’utilisation de mots particuliers ou de classes de mots ciblées. En étudiant le texte du livre à travers ce filtre, un éditeur pourrait orienter certains choix lui assurant un meilleur retour sur l’investissement.

Peut-on vraiment juger de la qualité d’une oeuvre de façon aussi impersonnelle ? 

Personnellement, je trouve cela un peu pathétique. Vouloir prédire le succès d’une oeuvre avant de la publier ? Je peux comprendre ce souhait. Mais je considère qu’une oeuvre est beaucoup plus qu’un ensemble de mots choisis.

Qu’est-ce qu’un bon livre pour vous ?

Voir l’article de référence

Précieux collègues

Il existe des collègues hors du commun.

Des personnes qui écoutent, discutent, partagent.

Des professionnels qui amènent à réfléchir, à questionner nos pratiques, à avancer.

Des amis qui comprennent, appuient, conseillent.

Quand on a la chance d’avoir des collègues aussi précieux, on a le devoir de leur dire et de les en remercier !bonne fête

 

Merci Monsieur S !

 

Et surtout, BONNE FÊTE !

Qu’est-ce qu’écrire, vraiment ?

Calligraphier correctement les lettres entre les lignes désignées ?

Compléter un exercice sur le pluriel des noms composés ?

Apprendre par cœur un tableau de conjugaison ?

Rédiger une dictée ?

Pratiquer les mots de la semaine en vue du contrôle du vendredi?

Je vous entends : vous avez envie de me répondre que toutes ces réponses sont bonnes !

À tort et à raison.

Lire la suite