Archives mensuelles : mai 2014

Rébellion chez les crayons

rebellionLors de ma visite au Salon du livre d’Amos la semaine dernière, j’ai découvert Rébellion chez les crayons. Un superbe album pour rigoler et pour donner envie d’écrire !

 

À travers des lettres écrites à leur propriétaire, le jeune Duncan, douze crayons se plaignent de leur sort et revendiquent de meilleures conditions de travail : rouge veut des vacances, rose souhaite être utilisé, jaune et orange veulent s’approprier la couleur du soleil, noir désire faire autre chose que des contours, beige aimerait faire autre chose que la dinde de Noël, blanc n’est pas assez vu. Gris, bleu, violet, vert et pêche ont aussi leur mot à dire ! Chaque pastel, dans sa lettre, explique sa situation, jalouse les autres et plaide sa cause. Heureusement, Duncan trouvera une solution finale qui plait à tous.

 

J’ai d’abord été attirée par le nom de l’illustrateur, Oliver Jeffers, que j’avais beaucoup apprécié comme auteur-illustrateur dans Cet élan est à moi, Le cœur et la bouteille, Le filou de la forêt, Coincé et Perdu et retrouvé. Dans cet album, il illustre le texte humoristique de Drew Daywalt de façon naïve et monochrome (selon l’expéditeur de la lettre), à la manière de griffonnages d’enfants. C’est très réussi.

 

L’originalité de cet album, sous forme de lettres, me donne immédiatement envie d’écrire. Qu’est-ce que Duncan pourrait répondre à chacun ? D’autres objets pourraient-ils avoir envie de se rebeller ? Ce livre sera une excellente amorce à l’écriture, tout particulièrement au 2e cycle, mais à tout autre âge, selon l’animation que l’on souhaite en faire.

DAYWALT, Drew. Rébellion chez les crayons, illustré par Oliver Jeffers, Kaléidoscope, 2014.

Pablo trouve un trésor

PabloUne lecture bouleversante de joie et d’amour, malgré la véritable misère.

Un album qui pousse le lecteur à réfléchir à ce qu’il est, à ce qu’il fait.

Un livre qui mérite qu’on arrête le temps.

 

J’ai eu l’immense privilège de rencontrer Andrée Poulin lors de son passage à notre Festival des mille et une lectures : une auteure passionnée, sympathique et tellement généreuse. La semaine dernière, lors du fabuleux congrès De mots et de craie, elle m’a gracieusement offert cet album, fraîchement sorti de l’imprimerie. J’étais déjà conquise après une première lecture et je le suis encore plus après quelques relectures.

 

L’histoire, douce et dure à la fois, raconte la vie de Pablo et de sa sœur Sofia, dont le quotidien consiste à chercher des objets intéressants dans une décharge en vue de les échanger ou de les vendre. Malgré la misère évidente, malgré la dureté de la vie, malgré la féroce compétition et la brutalité, les enfants prennent soin l’un de l’autre, rêvent, s’entraident.

 

Les illustrations sobres et fortes, dans un mélange de différents médiums (pastel, fusain…), accompagnent parfaitement ce récit touchant. La couleur, parcimonieusement distribuée, permet de contraster les trésors et les rêves à travers la saleté de l’endroit. Isabelle Malenfant, illustratrice originaire de l’Abitibi-Témiscamingue, a déjà brillamment illustré plusieurs albums aux éditions Les 400 coups, notamment L’étrangère, Confisqué et L’ange, et même écrit et illustré L’île au Chat chez le même éditeur.

 

Parfait pour une lecture interactive (par l’enseignante), Pablo trouve un trésor permettra d’aborder des thèmes plus difficiles avec vos élèves (la pauvreté, l’inégalité, la famille, la survie), sans toutefois sombrer dans la dépression !

 

Si vous souhaitez mieux connaître Andrée Poulin et son œuvre, je vous suggère fortement de consulter son blogue et de parcourir sa bibliographie bien fournie !

Bonne lecture !

POULIN, Andrée. Pablo trouve un trésor, illustré par Isabelle Malenfant, Les 400 coups, 2014.