Archives mensuelles : avril 2014

Annie Boulanger, une artiste abitibienne de grand talent

Il y a plusieurs mois, j’ai eu le bonheur de découvrir les illustrations d’Annie Boulanger dans la vitrine de la Librairie en Marge, suite à la parution de l’album de contes de Mathieu Parent, Comment le merle est devenu rouge-gorge? Comment le cochon est devenu porc-épic? dont elle signait les illustrations. En un coup d’œil, j’ai été conquise par ses images délicates et nuancées, aux traits fins et aux doux effets de lumière.

Lire la suite

Publicités

Quatre nouveaux albums de 5 à 9 ans

la déclarationDans La déclaration, un jeune lapin se prépare à avouer son amour à sa princesse. L’album présente avec douceur et lenteur les étapes de sa préparation : trouver les mots, rassembler son courage, choisir un cadeau, etc. Ce n’est pas facile de déclarer sa flamme ! La chute de l’histoire n’en sera que plus drôle et surprenante : au moment du baiser, les deux amoureux se feront attraper par un garçon dégoûté de leur comportement… Puis, dans la dernière image, le lecteur réalise que le garçon pratiquait vraisemblablement sa propre déclaration d’amour ! Un album qui conjugue à la fois l’humour et la douceur de l’amour, à travers de jolies illustrations simples au pastel.

Lire la suite

L’importance de la révision d’un texte

Constat : la plupart des élèves ne révisent pas ou peu leurs textes. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’ils ne savent pas comment faire. Ils relisent, relisent et relisent encore le texte, mais cela se révèle inefficace lorsqu’il n’y a aucune balise ou démarche bien établie. Nos attentes restent trop vagues et inaccessibles et l’évaluation tombe du ciel, bonne ou mauvaise, sans trop d’explication.  Alors, ils retranscrivent le texte et se concentrent uniquement sur la correction.

Lire la suite

Des capsules éducatives et humoristiques sur les mots

francais animeLa semaine dernière, j’ai découvert, par hasard, un petit bijou : des capsules animées sur la formation des mots, leur sens et les relations qu’ils entretiennent entre eux. Ces courtes vidéos, très bien réalisées, représentent un appui fort intéressant pour  l’enseignement de ces éléments du programme qui peuvent parfois sembler arides. À travers l’humour et la technologie, l’auditeur apprend certains concepts et démêle quelques notions linguistiques. Les capsules s’adressent particulièrement aux élèves du troisième cycle du primaire et à ceux du secondaire.

C’est un projet universitaire qui a amené une passionnée des technopédagogies, Catherine Bigras-Dunberry, à produire ces 17 capsules d’une durée de moins de deux minutes chacune. C’est une belle réussite ! Je vous invite à consulter cette superbe ressource intitulée Le français animé et à l’utiliser abondamment dans vos classes.

Deux nouveaux romans pour les 9-12 ans

Chaque année, des centaines de romans pour la jeunesse arrivent en librairie, en masse, et il est parfois difficile de séparer le bon grain de l’ivraie. Plusieurs sont de mauvaises traductions ou se révèlent inspides. D’autres ne font que remâcher les recettes qui ont déjà fait leurs preuves. Il convient d’être vigilant quant aux lectures des enfants qui se perdent dans des séries sans saveur et de leur proposer, quand c’est possible, des lectures qui pourraient les amener vers d’autres cieux, sans toutefois tuer l’envie de lire… C’est un sujet bien délicat, mais il y a tellement de livres magnifiques !

Par contre, de ce lot se dégagent toujours quelques belles trouvailles. Il me fait plaisir de vous faire part de deux suggestions intéressantes de romans pour les élèves de 9 à 12 ans.

chat moribondMarie-Renée Lavoie, une jeune auteure québécoise, nous fait l’honneur de consacrer sa plume à une oeuvre pour la jeunesse. Après avoir littéralement adoré son premier roman pour adultes La petite et le vieux (éditions XYZ),c’est avec joie que j’ai découvert La curieuse histoire d’un chat moribond, paru la semaine dernière aux éditions Hurtubise. Ce roman raconte l’histoire d’un chaton errant recueilli par une fillette qui le sauve ainsi d’une mort certaine. Ti-Chat narre cette histoire avec une douce naïveté, tout comme la jeune fille dans La petite et le vieux. J’ai retrouvé le même ton, la même candeur, avec une belle touche d’humour : le fameux chat moribond est victime de crises cardiaques, sauve des araignées qui lui rendront bien, craint le chat de ruelle Prémâché qui sème la terreur… Pour ceux qui connaissent la série Le journal du chat assassin d’Anne Fine, le ton est vraiment différent : le chat d’Anne Fine est cynique, parfois cruel, tandis que Ti-Chat est tendre et adorable.

Lire la suite